Qu’est-ce qu’une OPA en Bourse ?

mai 15, 2021 0 Comments

Afin de s’approprier la quasi-totalité des parts d’une entreprise X, une autre société désireuse peut lancer une offre publique d’achat (OPA). L’entreprise prédatrice doit à cet effet proposer une offre plus ou moins généreuse. Cependant, le lancement d’une OPA n’est envisageable que si l’entreprise dont les actions sont à vendre est cotée en Bourse. Vous vous intéressez à la bourse et désirez comprendre tout à propos de l’OPA ? Cet article est l’idéal pour vous.

Définition de l’OPA

L’OPA est une opération boursière qui engage deux entreprises dont l’une doit être obligatoirement cotée en Bourse. Au cours de cette opération, les actionnaires de la société cible (société boursière) se voient proposer une offre assez généreuse de la part l’entreprise qui souhaite passer à l’achat. La proposition financière faite par la société qui achète est supérieure à la valeur du cours de la société cible de 15 % à 30 %. L’offre publique d’achat peut se dérouler de façon amicale ou hostile, selon les intentions des actionnaires de la société cible.

OPA amicale

Une offre publique d’achat est qualifiée d’amicale lorsque les actionnaires et le conseil d’administration de la société rachetée sont favorables à l’exécution de l’opération. Ils approuvent donc le prix proposé par les acheteurs et sont satisfaits par la prime de compensation.

OPA hostile

Au cas où la société cible jugerait l’offre de la société initiatrice insuffisante ou n’approuve pas la stratégie employée par l’acheteur, elle peut s’opposer à la procédure. Si la société cible ne désire pas que l’opération soit menée à terme, elle peut recourir à l’actionnat salarié ou s’allier à d’autres entreprises.

Afin d’éviter tout malversation ou conflit, c’est l’AMF (Autorités des Marchés Financiers) qui régule les échanges et les transactions entre toutes les parties. Elle veille à attester la véracité des informations fournies par toutes les parties et au bon déroulement de la procédure en toute légalité. Elle sert d’arbitre dans le libre jeu des offres et promeut la transparence.

Quel est le déroulement d’une offre publique d’achat ?

L’entreprise initiatrice dépose auprès de l’AMF son projet de rachat. Ce projet doit mettre en évidence de manière succincte les points sensibles tels que : les objectifs, le calendrier prévisionnel, le prix, le mode de financement, le nombre d’actions enviées. La société initiatrice est aussi amenée à évoquer dans un rapport les conséquences socio-économiques de son offre. Parallèlement, l’initiateur de l’offre a l’obligation de présenter aux actionnaires de l’entreprise qu’elle veut acheter un document dans lequel il évoque les critères retenus pour l’évaluation de la valeur de la société cible. De même, il doit présenter la nouvelle orientation qu’il décide de donner à la société cible.

L’AMF dispose alors de dix jours ouvrés pour examiner chaque point du projet ainsi que l’exactitude de tous les documents fournis. Un délai supplémentaire est accordé à l’AMF si nécessaire afin que l’étude soit bien accomplie. Après que l’AMF ait fini son investigation, elle publie un calendrier de l’offre sur le marché. Au cas où la société initiatrice disposerait moins de 50 % du capital ou du droit de vote, l’offre reste active durant 25 jours. Si la part détenue par l’initiateur de l’offre est supérieure à 50 %, l’offre est publiée sur une période de 10 jours. Pour une OPA hostile, la durée est prorogée sur 35 jours, peu importe le nombre d’actions détenu par l’initiateur.

Pourquoi lancer une OPA et quels sont les avantages pour les deux parties ?

Les raisons de l’initiation d’une OPA peuvent être stratégiques ou financières. Une entreprise peut lancer une OPA pour racheter une autre en grande difficulté. Dans ce cas, l’initiateur juge que l’entreprise cible dispose toujours d’un grand potentiel. L’inverse peut toutefois aussi se produire. Une grande entreprise en perte de vitesse ou à qui les prévisions à moyen et à long terme n’augurent rien de bon rachète une autre en pleine croissance afin de combler ses déficits.

Les sociétés opéables disposent d’un capital flottant. C’est-à-dire que le capital de la cible est ouvert au public et disponible pour être échangé en bourse. Une OPA est toujours favorable aux actionnaires de l’entreprise cible à court terme grâce aux surprimes de 20 % sur le dernier cours des actions en bourse. Cette prime de 20 % génère une plus-value rapide. Seuls les actionnaires d’une entreprise cible qui prospère peuvent se sentir abusés sur une longue prévision.

Plusieurs grandes sociétés ont déjà effectué des OPA, aussi déroutantes que spectaculaires. À titre d’exemple, nous pouvons citer : Vivendi/Lagardère, Véolia/Suez, Orange/Atos, Facebook/WhatsApp, Crédit Agricole/Creval.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.